Comment faire une écriture d'invention ?

Les épreuves du bac de français vous inquiètent ? Pas de panique, Copiedouble est là et vous accompagne !

 

Cette fiche de méthode vous est offerte par Série 23 des Éditions Dominum.
A la fin de la fiche, offrez-vous une petite pause et allez visiter le site...

 

 

 

Qu'est-ce qu'une écriture d'invention ?

Une « écriture d'invention » est un exercice d'écriture qui vous est proposé à l'écrit du bac de français, au même titre qu'un commentaire composé ou une dissertation. Le niveau d'exigence est le même. Pourtant il ne requiert pas une forme figée, contrairement au commentaire ou à la dissertation.

L'écriture d'invention a donc la particularité de vous laisser une certaine liberté de création et d'imagination. D'où son nom « écriture d'invention ». Toutefois elle peut imposer, par les consignes qu'elle donne dans son sujet, un cadre très précis à respecter obligatoirement.

 

Comment cette écriture d'invention se présente-t-elle au bac de français ? Quels types de sujets peut-on avoir ?

En séries générales (L, S, ES), l'écriture d'invention est sur 16 points (et la partie « Question » est sur 4 points) ; en séries technologiques (STL, STG, STI2D etc), elle est sur 14 points (et la partie « Questions » est sur 6 points). D'une série à l'autre, les sujets sont à peu près identiques.

Si on regarde l'ensemble des sujets qui peuvent être donnés, deux types reviennent régulièrement, qu'on peut nommer « rédaction » ou « dissertation déguisée ».

On trouve ainsi des sujets qui ressemblent à des rédactions : par exemple une suite de texte à faire à partir d'un des textes du corpus ; ou encore la rédaction d'un poème selon un thème imposé ; ou bien la transformation d'un texte du corpus, un roman, en une scène de théâtre ; ou bien encore l'invention d'un apologue en vers ou en prose avec une morale imposée...

Ces types de sujets font appel à votre imagination mais la canalisent selon des consignes plus ou moins contraignantes.

On trouve également des sujets qu'on pourrait qualifier de « dissertations déguisées ». Ces sujets-là mettent en place une situation dans laquelle il faut mener une réflexion argumentée, s'appuyant souvent sur des références littéraires riches et précises, comme pour une dissertation. On peut ainsi vous demander par exemple la rédaction d'une lettre ouverte dans une revue poétique défendant l'utilité de la poésie de nos jours ; ou bien le dialogue entre deux élèves à propos de la liberté du metteur en scène dans la représentation d'une pièce ; ou bien encore la préface d'un recueil de poèmes en prose, etc.

Ces types de sujets imposent une forme (lettre ouverte, dialogue, préface...) dont les caractéristiques sont à respecter strictement. Dans ce cadre ainsi fixé, ils vous laissent toutefois la liberté de vous exprimer. Il s'agit toutefois moins de créer que de démontrer, c'est-à-dire de mener une argumentation riche et soutenue. C'est pour cela que ces sujets sont des « écritures d'invention » mais s'apparentent à des « dissertations déguisées ».

 

 

Comment réussir une écriture d'invention ?

La première chose est de considérer cet exercice avec beaucoup de sérieux. De nombreux lycéens qui se sentent incapables de mener un commentaire composé ou une dissertation décident en effet de prendre l'écriture d'invention en imaginant que c'est plus facile. Ils se trompent ! Et les notes sont d'ailleurs souvent très mauvaises dans ces « écritures d'invention ».

L'examinateur n'oublie pas que, tandis que l'élève a fait ce choix-là, les autres, dans le même temps, ont pris un commentaire ou une dissertation. Il vous notera donc avec la même exigence ! Il attend de la quantité et de la qualité.

Pour autant, ce n'est pas un exercice infaisable, bien au contraire. L'élève qui a bien compris toutes les notions abordées en classe et fournit un travail sérieux, de qualité, pourra même prendre plaisir à rédiger son écriture d'invention s'il aime créer et écrire.

 

Quelles sont les règles à respecter ?

Deux règles générales sont d'abord à respecter : veiller à l'anonymat de sa copie (même si on doit dire « je » et signer une lettre par exemple) et toujours soigner extrêmement la qualité de son expression pour le style et l'orthographe (sinon il vaudrait mieux prendre un commentaire ou une dissertation, où la « technique » peut un peu plus l'emporter).

Ensuite il faut respecter strictement les règles posées par le sujet (une lettre avec ses caractéristiques si c'est une lettre ; un récit court fictif et plaisant porteur d'une morale si c'est un apologue, etc).

Astuce :

Il est parfois difficile à la fois de rester anonyme et de respecter les règles du sujet. Imaginons par exemple que le sujet vous demande de « rédiger une lettre à un courrier des lecteurs pour défendre l'importance de la lecture dans la vie d'un jeune ». Comment faire une lettre sans la signer ? Comment signer sans donner son nom ? Vous devez avoir recours ici à un pseudonyme. Mais si vous prenez par exemple celui de « Arthur Martin », l'examinateur peut croire que c'est votre nom véritable. Petite astuce : utilisez un nom légèrement ridicule ou avec un jeu de mots pour faire comprendre que c'est un pseudonyme. Signez par exemple « Jean Ticipe » ou « Diégo de La Véga » ou encore « Kate Ticket ». Cette fois, il n'y aura pas de doute.

 

Combien de pages faut-il faire ?

Comme pour le commentaire ou la dissertation, vous devez rendre au moins une page double recto-verso. Moins ne paraît pas envisageable. Plus est possible, surtout si vous écrivez un peu gros.

 

 

Comment s'organiser pour réussir ?

L'épreuve dure 4 heures. Si vous êtes en « séries générales », nous vous conseillons de consacrer 3 h 30 à cette écriture d'invention car elle est sur 16 points. Si vous êtes en « séries technologiques », il faut plutôt y consacrer seulement 3 h car l'épreuve d'écriture n'est que sur 14 points.

Nous vous proposons d'accorder un 1/3 du temps à la recherche des idées et à l'élaboration d'un plan pour le contenu de votre écriture.

Le reste sera consacré à rédiger le devoir directement sur la feuille. Attention ! Vous n'avez pas le temps de rédiger votre écriture au brouillon et de la recopier ensuite sur votre feuille. Vous n'avez pas le droit non plus de glisser votre feuille de brouillon à l'intérieur de la copie : c'est interdit.

 

Quels sont les pièges à éviter ?

Encore une fois, le piège est surtout de croire que l'écriture d'invention est facile. Ne vous dispensez pas d'un brouillon. N'y consacrez pas moins de temps que pour un commentaire ou une dissertation. Appliquez-vous. Lisez bien les consignes pour ne pas faire un hors sujet.

Surtout, comprenez bien que le sujet évalue vos connaissances sur des notions vues en cours de français.

Ainsi, même s'il s'agit de « deux élèves qui discutent », ils ne doivent en aucun cas s'exprimer comme le feraient deux élèves dans la vraie vie. Bien sûr, ils se tutoient mais aucun mot familier ne doit parasiter l'échange.

De même, quand il s'agit de discuter, par exemple sur « l'intérêt de lire des romans », vous ne pouvez pas vous contenter de dire qu'il n'y en a pas ! Vous pouvez bien entendu envisager les objections qu'on peut faire mais votre copie doit tout de même mettre en valeur tout ce qu'apporte justement la lecture de romans ! Sinon, prenez un autre sujet. N'oubliez pas que l'examinateur, en fait, vérifie que vous pouvez donner du sens à tout ce que vous avez fait en cours de français.

 

Peut-on s'entraîner ?

On ne peut pas s'entraîner à l'écriture d'invention de manière générale puisqu'elle peut revêtir une quantité de formes différentes : poème, suite de roman, apologue, interview, préface, lettre, etc.

Cependant on peut s'entraîner sur différents sujets des années précédentes ou bien sur des sujets donnés par les professeurs en classe ou bien encore puisés dans des manuels scolaires.

D'autre part, la connaissance du cours est indispensable et la pratique d’œuvres littéraires ne peut que vous aider en vous donnant des « exemples ».

 

 

Cette fiche vous est offerte par Série 23 des Éditions Dominum.